histats

Examen de l’or du dimanche – L’or des fous

Examen de l’or du dimanche – L’or des fous

Sunday Gold sur PC

Je n’ai jamais vraiment été dans le style de jeu de puzzle pointer-cliquer, car des titres comme Monkey Island me causaient beaucoup de problèmes quand j’étais enfant, ce qui a rendu le genre mauvais pour moi. Cependant, je me suis retrouvé à apprécier Sunday Gold. Le mélange de RPG au tour par tour et de pointer-cliquer se marie très bien, et j’ai aimé la façon dont le jeu a fait jouer ces deux genres tout au long. Sunday Gold ressemble à un Frankenstein de fantaisie, de mécanique et d’idées, résultant en quelque chose d’amusant, bien que superficiel.

Pour commencer, je veux aborder la partie la plus frappante du jeu, l’artwork. Sunday Gold a une esthétique très unique peinte à la main et ombrée de cellules. Comme Disco Elysium, le style est très pictural et donne vie à une esthétique de dessin animé sombre. Les cinématiques sont généralement partiellement animées, utilisant de simples modèles 3D low-poly ou des panneaux de style dessin animé pour créer une ambiance ou décrire un scénario.

Une autre chose que l’art apporte au jeu est cette sensation sombre vraiment troublante. Tout se ressent de d’une manière difficile à décrire. Les personnages ont souvent des traits ou des expressions exagérés, et les environnements sont un mélange de Londres sombre des années 70 et de science-fiction qui se mélangent bien. Le jeu m’a souvent donné l’impression qu’il se déroulait dans une sorte de rêve fiévreux.

La boucle de jeu elle-même est également très intéressante. Lorsque les jeux essaient de mélanger les genres, cela peut parfois créer une dualité qui se traduit par un moins des deux scénarios. Cependant, Sunday Gold m’a surpris à cet égard; Pendant mon temps avec le jeu, j’ai senti que les deux moitiés étaient soudées ensemble de telle manière qu’elles se sentaient lisses et cohérentes tout au long. Rebondir entre l’exploration et le combat avait du sens et s’influençait souvent de manière intéressante, en particulier avec le système de points d’action.

Une fois que vous avez défini un emplacement pour votre mission, le jeu fonctionne plus ou moins comme un pointer-cliquer standard. Vous survolez la chose en surbrillance et voyez ce qu’elle fait lorsque vous interagissez. Pour faire tourner cela, BKOM Studios a donné à chacun de nos trois personnages principaux des capacités spéciales et des points d’action à utiliser en dehors de la bataille. Chacun a un mini-jeu lié à sa spécialité, Gavin pirate des choses, Frank verrouille et Sally écrase des choses.

See also  Jeux du Commonwealth 2022 : White Ferns écrasé par l'Angleterre, pour affronter l'Australie en demi-finale

Les mini-jeux eux-mêmes semblaient assez intéressants, même s’ils n’étaient pas inspirés. J’ai été soulagé de voir qu’il n’y avait pas de crochetage de style Skyrim, mais l’option présentée ici ne s’est jamais sentie difficile du tout, et ce n’était rien de plus qu’un simple clic ici lorsque la chose s’aligne. À l’opposé du spectre, le mini-jeu de piratage de Gavin était intéressant, mais je me suis souvent retrouvé frustré par celui-ci; J’avais souvent l’impression que le jeu me mentait sur les nombres corrects ou non lorsque j’essayais de les saisir. Le jeu de Sally était probablement le moins intéressant et le plus simple des trois et impliquait juste de balancer une flèche dans la bonne position pendant un moment.

Chaque fois que vous utilisez l’une de ces spécialités ou que vous interagissez simplement avec le monde qui vous entoure, le personnage que vous avez choisi utilisera certains de ses points d’action. Lorsque les trois n’ont plus de points, vous devez terminer votre tour, ce qui entraîne une augmentation du compteur d’avertissement. Plus la jauge est élevée, plus vous rencontrerez de résistance lors de votre exploration. C’est un moyen assez simple et élégant de justifier des rencontres de combat aléatoires tout en explorant, et fonctionne bien pour ajouter de la tension et des conséquences à essayer de pirater le même ordinateur encore et encore.

Un autre mécanisme principal est le compteur de santé mentale ou de panique. Certains événements et rencontres aléatoires abaisseront l’état mental d’un personnage, entraînant des images sympas, des lettres confuses ou même des ennemis hallucinants là où il n’y en a pas. En pratique, je l’ai trouvé tout à fait hors de propos; à part vous donner une minuterie pendant le combat, je n’ai jamais vraiment été poussé à équilibrer la santé mentale d’un personnage. Pendant la majeure partie du jeu, mes personnages ont passé leur temps en toute tranquillité d’esprit, et si l’un tombait, j’avais toujours une sorte d’objet pour le relancer rapidement.

Dans un segment à la fin du chapitre 1, Gavin a une grande prise de conscience qui fait suite au chapitre 2. Pendant ce temps, Gavin est censé avoir un effondrement majeur, et sa santé mentale tombe au minimum en conséquence. Cependant, j’avais suffisamment d’éléments pour le remettre en marche, supprimant entièrement le défi ici, et honnêtement, j’avais l’impression d’avoir raté une partie intéressante de l’histoire en faisant cela.

See also  Gabrielle Zevin pense que les jeux montrent aux gens qui ils sont vraiment

Chaque personnage dispose également d’un système de points de compétence, d’objets, d’armes et d’équipements de type RPG pour vous aider à vous faufiler. L’équipement et les armes sont intéressants en un coup d’œil, mais j’ai été déçu que seuls quelques-uns offrent quelque chose de vraiment unique. La plupart du temps, il utilisait simplement ce qui avait les chiffres les plus élevés à ce moment-là sans aucune réflexion supplémentaire.

Le système de points de compétence laissait définitivement à désirer également, et j’avais l’impression qu’à la fin du jeu, j’avais presque maximisé toutes les compétences pour chaque personnage que je voulais. Cela m’a amené à mettre des points dans des compétences aléatoires pour effacer l’alerte au lieu d’essayer de faire avancer toute sorte de construction intéressante.

Le combat lui-même avait tendance à être assez simple et plus ennuyeux pendant que vous essayiez de faire des trucs d’enquête sympas; en dehors de quelques matchs sélectionnés, je n’ai jamais vraiment eu de problème pour gagner des rencontres. J’avais l’impression qu’il y avait souvent beaucoup d’options que je pouvais utiliser, mais il avait tendance à être plus fluide d’utiliser simplement la capacité qui frappait le plus à ce moment-là. Les ennemis avaient également tendance à être incroyablement spongieux, et il y avait plusieurs fois où j’avais l’impression d’avoir déjà gagné le combat, même si le boss ou l’ennemi avait plus de la moitié d’une barre de santé.

L’histoire du jeu lui-même était vraiment amusante, bien que peu profonde et un peu clichée. Il suit nos trois anti-héros alors qu’ils tentent d’exposer un méga-milliardaire local et ses actes infâmes. Il n’y a jamais vraiment eu de rebondissements majeurs à proprement parler, et l’histoire semblait parfois assez prévisible. J’ai vraiment apprécié l’humour noir et la satire présentés tout au long, et j’ai trouvé que l’histoire était la plus forte quand elle ne se prenait pas si au sérieux. J’ai remarqué que j’aimais lire des histoires ou des e-mails au hasard et entendre les commentaires des personnages à leur sujet plus que l’intrigue principale.

See also  GÉNÉRATEUR DE TOURS DE COIN GRATUITS SANS VÉRIFICATION HUMAINE - FE News

Les personnages étaient un autre point fort du récit de Sunday Gold. J’ai vraiment apprécié d’entendre les plaisanteries de Frank, Sally et Gavin et chaque personnage était généralement bien écrit. Chacun d’eux avait ses propres idées uniques sur ce qu’il fallait faire et comment procéder, et plus tard dans le jeu, il y a aussi quelques petits chemins de ramification à explorer, où chaque personnage a une idée différente de la façon de procéder avec le groupe. J’ai été déçu que cela n’ait jamais été développé, j’ai vraiment senti que l’expérience aurait été plus agréable s’il y avait plus de sens à ces choix ou plus de choix à faire en général.

Dans l’ensemble, j’ai apprécié mon temps avec Sunday Gold. L’histoire m’a gardé intéressé et, comme mentionné précédemment, la direction artistique et les personnages ainsi que leurs doubleurs ont fait des cinématiques et de l’exploration générale un régal. En termes de mécanique et de viande du jeu, j’ai senti que cela laissait beaucoup à désirer. Je voulais plus de tout ce qui est présenté ici et j’ai senti que presque tout en dehors de l’histoire et de l’art avait vraiment besoin d’une couche supplémentaire de piquant.

J’espère que BKOM Studios pourra élargir le monde et les concepts de Sunday Gold à l’avenir. À titre posthume, je peux dire que j’ai vraiment envie de plus du son de synthé funky et du charme et du style uniques qui ont été apportés à la table ici, et je dirais que si vous aimez l’esthétique unique de ce jeu ou si vous voulez juste pour quelque chose de complètement différent, Sunday Gold vous a couvert.

Examen du critique d'or du dimanche

Réviseur : Zach Eubanks | Copie fournie par l’éditeur.

Avantages