histats

Meta : Les perspectives négatives et pourquoi je reste longtemps (NASDAQ : META)

Meta : Les perspectives négatives et pourquoi je reste longtemps (NASDAQ : META)

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, et le PDG de News Corp, Robert Thomson, ont fait leurs débuts sur Facebook News

Drew Angerer

Thèse d’investissement

Meta Platforms, Inc. (NASDAQ : MÉTA) a connu une vente brutale depuis le début de l’année, et les défis sans fin sont susceptibles de déplacer le titre sur le côté dans un avenir prévisible. Sans aucun doute, la nature cyclique de la publicité l’entreprise mettra également à rude épreuve les finances de l’entreprise au cours des prochains trimestres.

De temps en temps, META a toujours été un titre en difficulté, car il fait souvent face à des défis dus à des scandales, des poursuites et une publicité négative, ce qui ne me surprend pas compte tenu de sa puissance et de sa taille. Dans l’environnement d’aujourd’hui, META doit rétrécir avant de croître, et les vents contraires peuvent durer un an ou deux, mais je n’investis pas dans META pour de l’argent rapide. L’analyse d’aujourd’hui explore certains des défis actuels de l’entreprise et pourquoi la valorisation attrayante justifie la cote d’achat.

Diagramme
Données de YCharts

La croissance de Meta à défier

La croissance à court terme de Meta pourrait rester sous pression pendant une période de plusieurs transitions, y compris des changements de gestion, la cannibalisation des revenus publicitaires des Stories/Feed en raison de la pression sur l’engagement Reels et des efforts continus pour rétablir des signaux pertinents pour les annonceurs. Je pense que l’attente de Meta d’une baisse des revenus de 2 à 10% pour le troisième trimestre 2022, y compris un vent contraire de 6% sur les devises, reflète des vents contraires IDFA plus importants et une faiblesse structurelle, et la société est probablement plus exposée aux revers des dépenses publicitaires. Cependant, nous avons déjà analysé comment Meta fonctionnera autour des changements de confidentialité d’Apple ( AAPL ) tout en répondant aux exigences via la passerelle API Conversions. Néanmoins, en raison de la nature cyclique de l’activité publicitaire, il est raisonnable de s’attendre à des trimestres contractuels.

La baisse du chiffre d’affaires de Meta de 1 % et la compression de la marge d’exploitation d’environ 14 points de pourcentage par rapport à l’année dernière au cours du deuxième trimestre 2022 reflètent les défis de l’entreprise suite aux modifications de l’IDFA d’Apple. Bien que Meta ait déjà averti la main-d’œuvre en juillet qu’elle licencierait des travailleurs et limiterait les embauches cette année, je ne pense pas que cela suffira à compenser le ralentissement de la marge à court et à moyen terme. De plus, alors que la réduction des niveaux d’investissement dans Reality Labs semble avoir amélioré le sentiment, Meta pourrait voir des marges d’exploitation structurellement plus faibles dans les années à venir compte tenu des investissements importants nécessaires pour construire Metaverse.

Diagramme
Données de YCharts

Meta explore les fonctionnalités payantes

Meta met en place un nouveau groupe de monétisation, dirigé par Pratiti Raychoudhury, responsable de la recherche chez Meta, pour explorer les fonctionnalités payantes de Facebook, Instagram et WhatsApp.

Bien que l’application de Meta dispose désormais de plusieurs fonctionnalités payantes, ces offres n’étaient pas une priorité jusqu’à présent. Cependant, certains autres acteurs du secteur ont déjà déployé des services d’abonnement ou des fonctionnalités de paiement pour des avantages tels que du contenu exclusif ; par exemple, l’abonnement mensuel Super Follows de Twitter ( TWTR ) déployé en 2021 ; L’adhésion à la chaîne YouTube a été lancée en 2018 ; et Snapchat (SNAP) a récemment lancé Snapchat+.

See also  I turned my iPad into a Smart Home Hub and don't regret a thing

Alors que les revenus de Twitter provenant des services d’abonnement sont restés maigres, s’élevant à 100 millions de dollars au deuxième trimestre 2022, YouTube prend une part de 30 % des bénéfices aux créateurs. Au contraire, Meta a annoncé le 21 juin qu’il attendra de prendre une partie des revenus créés sur Instagram et Facebook jusqu’en 2024.

Dans une interview, John Hegeman, vice-président de la monétisation de Meta, a noté que cette ligne de revenus ne sera probablement pas un contributeur significatif à court terme, mais pourrait devenir une source de revenus importante sur un horizon de cinq ans.

Meta vise à débloquer le marché

Le partenariat de Meta Platform avec DoorDash (DASH) suggère que la société cherche à débloquer le commerce électronique sur Instagram et potentiellement WhatsApp en utilisant la livraison du dernier kilomètre de DoorDash. De plus, l’intégration des publicités aux paiements et à la livraison peut aider à stimuler l’engagement et à développer l’activité du marché, qui compte environ 1,1 milliard de visiteurs actifs par mois, pour concurrencer Amazon.com ( AMZN ), Shopify ( SHOP ) et Etsy ( ETSY ). Ainsi, la nouvelle collaboration élèvera le marché de Facebook et augmentera l’engagement et la satisfaction des utilisateurs.

La concurrence d’Apple est une menace

Apple Inc. entre apparemment dans le secteur de la publicité via une plate-forme côté demande, ce qui est une mauvaise nouvelle pour META. Plusieurs rapports récents indiquent qu’Apple est en train de construire une plate-forme AdTech qui permettra à l’entreprise de placer des publicités mobiles dans ses applications de l’écosystème iOS en privilégiant la confidentialité. Sur la base des offres d’emploi, on peut en déduire qu’Apple en est aux premiers stades de la construction d’une nouvelle plate-forme de publicité mobile. Cette nouvelle plate-forme publicitaire placerait l’entreprise en concurrence directe avec les activités de publicité en réseau de Meta.

L’une des principales raisons pour lesquelles Apple poursuit le flux de revenus publicitaires est que la publicité mobile a un TAM mondial important et à croissance rapide qui devrait atteindre 621 milliards de dollars d’ici 2029. En outre, Apple a déclaré avoir 1 milliard d’utilisateurs uniques et 1,8 milliards d’appareils actifs dans le monde . Par conséquent, si Apple réussit à créer une plate-forme côté demande, ses données seront les meilleures de leur catégorie et auront un impact négatif sur la croissance des revenus de META.

Moins de monétisation des roues

Selon Meta, Reels génère une monétisation inférieure à celle des flux d’actualités et des histoires Instagram et Facebook. À court terme, Meta a déclaré qu’il se concentrait sur l’augmentation de l’engagement des utilisateurs. Meta a déclaré qu’il y avait “relativement peu de publicités dans Reels” et que “la monétisation prendra du temps” (c’est-à-dire plusieurs trimestres). Inévitablement, en poussant les consommateurs vers Reels et loin des flux d’actualités et des formats d’histoires à forte publicité, Meta ralentit intentionnellement la croissance de ses revenus à court terme.

Bien que Meta puisse être en mesure d’égaler les récompenses des créateurs sur roues pour rivaliser avec des concurrents comme YouTube et TikTok. Par conséquent, l’entreprise doit veiller à ne pas cannibaliser les histoires à marge élevée de Meta et l’inventaire des annonces de flux conventionnel via Reels. En conséquence, cela pourrait exercer une pression sur les marges brutes de l’entreprise, étant donné que Meta devra probablement partager au moins 40 à 50 % des revenus publicitaires de Reel avec des artistes pour promouvoir la création de contenu original. Néanmoins, l’équipe Meta a prouvé sa capacité à capitaliser sur les nouvelles tendances telles que les vidéos courtes, et la monétisation réussie de Reels reste un catalyseur pour que le titre atteigne de nouveaux sommets.

See also  Les 6 meilleures applications de livres de coloriage pour les enfants

Les sociétés de publicité sont concernées par l’IDFA

La croissance globale des prix des publicités de Meta pourrait rester limitée jusqu’en 2023. Les pressions macroéconomiques à court terme et la réduction des dépenses publicitaires en raison des changements d’Apple en matière de confidentialité ont un impact sur la volonté des annonceurs de payer pour l’inventaire des médias sociaux. Cependant, Meta fait face à plusieurs vents contraires à court terme, notamment la concurrence de TikTok et une efficacité publicitaire moindre.

Sans aucun doute, Instagram reste une entreprise précieuse, avec un revenu moyen par utilisateur toujours supérieur à celui des autres plateformes de médias sociaux, notamment TikTok, Snap, Twitter et Pinterest. En outre, un changement continu des budgets publicitaires au détriment de la télévision traditionnelle est également un vent arrière à long terme pour la tarification des publicités numériques et des médias sociaux, ce qui peut partiellement aider à compenser l’effet de la baisse de la croissance des utilisateurs.

Le lancement par Meta des fonctionnalités de paiement sur le chat Instagram signale une poussée plus profonde pour stimuler le commerce électronique sur les applications de messagerie, où META a un avantage sur ses rivaux, y compris TikTok. De plus, les données de paiement de la famille d’applications de Meta (« FoA ») peuvent aider à améliorer les données de première partie, ce qui est essentiel pour compenser les signaux de ciblage publicitaire perdus à cause des changements de confidentialité iOS d’Apple.

META, FB, IG, facebook, instagram, whatsapp, famille d'applications, méta plateformes, métaverse, graphique montrant net core Facebook vs.  Revenus publicitaires Instagram

FB contre IG Ad Revenue (www.insiderintelligence.com/insights/facebook-advertising-statistics/)

META offre une bonne marge de sécurité

Historiquement, META a enregistré une forte croissance des revenus et une croissance des utilisateurs, ce qui fait que les analystes considèrent l’entreprise comme une valeur de croissance. Cependant, la société approche maintenant d’un stade de maturité, qui peut être traité comme une valeur ou une action GARP qui justifie une évaluation sur une base P / E ou un flux de trésorerie futur. Dans l’analyse ci-dessous, je résume le scénario de chaque cas pour arriver au prix cible de META :

  • Hypothèses de cas haussiers (Lester 30%): META offre une croissance des revenus, des marges et une pression réglementaire sur le soulagement de l’entreprise, ce qui se traduit par un BPA de fin d’année de 12,5 $ et une croissance de 15 % d’une année sur l’autre.
  • Hypothèses de base (Lester 40%): Meta fait face à la concurrence d’applications rivales comme TikTok et Alphabet, tandis que l’incursion d’Apple dans l’espace publicitaire pose également un risque pour la croissance du chiffre d’affaires. Enfin, d’énormes investissements dans Metaverse augmentent les coûts malgré une croissance négative des revenus à court terme, avec un gain à long terme incertain. Pour le cas de base, je suppose une base de BPA de 11,0 $ et une croissance de 11 %.

  • Hypothèses du cas baissier (Lester 30%): Les hypothèses de cas baissier incluent les pertes d’utilisateurs de Meta aux États-Unis et dans l’UE, les zones d’ARPU les plus élevées de l’entreprise, la concurrence du visionnage OTT, des jeux vidéo, de TikTok, de YouTube, etc., et une valeur de marque affaiblie, entraînée par des scandales et des titres de presse négatifs. Je suppose un BPA baissier de 9,5 $ et une croissance de 8 %.

See also  Comment personnaliser et utiliser des widgets sur Android

En utilisant les pondérations attribuées (normalement distribuées) et en tenant compte des prix DCF proposés basés sur les bénéfices, le modèle suggère un prix cible d’environ 183 $, ce qui implique une hausse de 32 % par rapport aux niveaux actuels et une marge de sécurité raisonnable de 24 %. Le risque et l’incertitude de l’action sont pris en compte dans le prix de l’action, avec une nouvelle baisse notable à distance. Néanmoins, je pense que le risque de baisse aux niveaux actuels est largement intégré dans le prix et que l’action offre une marge de sécurité décente.

META, FB, IG, facebook, instagram, whatsapp, famille d'applications, méta plateformes, métaverse

Calculs de l’auteur à l’aide de GuruFocus (www.gurufocus.com/)

Dernières pensées

Le changement de marque de Meta n’a pas contribué à accroître l’engagement dans les applications. En conséquence, il sera difficile pour Meta de rétablir la croissance du chiffre d’affaires à court terme, les défis liés à la tarification des publicités et Reality Labs restant un petit contributeur au chiffre d’affaires global. Cependant, je pense que l’accent mis par Meta sur les paiements et le commerce électronique est crucial pour que la plate-forme stimule la croissance future des revenus des applications de messagerie.

Au milieu de l’examen réglementaire en Amérique du Nord et en Europe, les marchés émergents ouvriront la voie aux efforts de monétisation. Par exemple, le lancement récent d’une expérience d’achat intégrée à l’application avec JioMart en Inde ouvre la voie à l’activation d’autres e-commerces sur WhatsApp, ce qui pourrait stimuler la demande pour leurs services.

En outre, le développement par Meta d’une fonctionnalité de paiement dans le chat Instagram indique une plus grande poussée pour augmenter le commerce électronique sur l’application de messagerie, où l’entreprise a un avantage concurrentiel sur des concurrents tels que Alphabet (GOOGL) (GOOG) et TikTok. Les données de paiement sur le FoA de Meta peuvent améliorer les données de première partie, ce qui est essentiel pour compenser les signaux de ciblage publicitaire perdus en raison des changements de confidentialité iOS d’Apple.

Malgré les temps difficiles à venir, META est bien placé pour traverser la tempête et sortir plus fort de la crise. La récente baisse de l’action est une excellente occasion pour les propriétaires à long terme de faire la moyenne du coût en dollars de leurs positions, ce qui s’avérera fructueux dans un délai de 1 à 2 ans.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *